Lundi 11 mai 2009 1 11 /05 /Mai /2009 11:46


Voici un nouvel épisode de mon avancée dans le challenge Austen, et pas des moindres : ce Mansfield Park est un sacré pavé !


Je trouvais cette couverture sacrément laide, et puis je m'y suis faite. J'étais bien plus réjouie que cette jeune dame de séjourner à Mansfield pendant ma lecture ; elle, elle boude...

"Bon, vas-y, dis-nous plutôt de quoi ça parle !"

Faisons simple : A l'âge de dix ans, la jeune Fanny Price, fille aînée d'une ribambelle de mioches, est recueillie par son riche oncle et sa tante, Sir et Lady Bertram. Lady Bertram est d'un caractère plutôt placide, tendance mollassonne, et Sir Bertram intimide tout à fait Fanny par son sens des convenances. Les cousines de Fanny, Maria et Julia, ne se préoccupent pas vraiment d'elles. Ce n'est donc pas toujours la fête au château, d'autant que la soeur de Lady Bertram, Mrs Norris, fait de Fanny sa Cendrillon. Heureusement, Fanny trouve en la personne de son cousin Edmond une grande source de réconfort : il est le seul à témoigner envers elle d'aimables sentiments. Très vite, Fanny s'attache tendrement à lui.

Mais l'arrivée dans le voisinage d'Henry Crawford et de sa soeur Mary va troubler cette vie paisible. Henry Crawford commence par charmer Maria, pourtant promise à un autre, et le doux Edmond s'amourache de Mary, qui le méprise parce qu'il est destiné à devenir simple pasteur. Pour la jeune Fanny, qui a maintenant dix-huit ans, c'est un coup dur : elle est si timide, si vertueuse qu'elle n'ose exprimer tout haut ses sentiments, qu'il s'agisse de prévenir les mauvaises conduites ou d'avouer à Edmond qu'elle l'aime.


J'ai... adoré. La galerie des personnages dépeints par Austen est particulièrement diversifiée : Sir Bertram, sévère mais juste, la molle Lady Bertram, l'acariâtre Mrs Norris, la douce Fanny, la peste Mary Crawford, le Dom Juan Henry, le fils prodigue Thomas Bertram, Edmond le bon garçon... Il y en a pour tous les goûts ! Tant de fois j'aurais voulu intervenir pour secouer Fanny et lui dire "maisvaluidirequetul'aimespunaisequesssstattends ?", ouvrir les yeux d'Edmond et rabattre son caquet à tata Norris ! Et quand je m'investis autant, c'est bon signe (même si j'ai l'air folle^^)


Si le style d'Austen ne me déçoit jamais, j'ai en plus apprécié à sa juste valeur tout l'humour déployé dans ce roman, et l'ironie (si, si, je vous assure) avec laquelle elle juge ses personnages : Lady Bertram et Mrs Norris en font particulièrement les frais. En revanche, c'est la première fois que je remarque que tant de mots sont mis en valeur par l'emploi de l'italique, ce qui m'a plutôt ennuyée au début de ma lecture. Et le style indirect libre, ça va bien deux minutes...


Quelques avis de copines bloggeuses en passant : Ori, The Bursar, Chinchilla, Pimpi
Si je vous ai oublié(e), n'hésitez pas à me le préciser !

Et bientôt, mon avis sur l'adaptation, qui s'annonce désastreuse... Je n'en dis pas plus !
Par Neph - Publié dans : A
Donnez votre avis, votre impression... - Voir les 21 commentaires
Retour à l'accueil
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés