Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 juin 2009 7 28 /06 /juin /2009 21:23
L'été est la période où nos bien-aimés libraires sont les plus généreux : on m'a offert ce livre pour l'achat de deux bouquins d'occasion. Et même mieux, je l'ai choisi dans toute une série de livres à la disposition des acheteurs, n'ayant jamais rien lu de cet auteur...


Ce que je regrette, c'est le choix de la photo en couverture : un jeune homme leste qui attrape un ballon alors qu'on parle d'une kermesse dans un hospice, j'ai vu plus judicieux.

"Bon, vas-y, dis-nous plutôt de quoi ça parle !"

La vie n'est jamais très gaie dans un hospice, surtout qu'on sait qu'elle touche à sa fin. Mais tous les ans est organisée une kermesse, qui permet aux pensionnaires de vendre aux autochtones quelques bricoles faites de leurs mains et d'avoir un peu d'animation. Mais cette année, tout commence mal : le nouveau directeur a déjà décidé le matin même de mettre des étiquettes sur les fauteuils, ce qui est très mal perçu, alors que cela partait d'une bonne intention... Et puis le mauvais temps est de la partie. Il n'en faut pas plus pour qu'un groupe de pensionnaires se révolte contre le directeur...

Je n'avais aucun a priori en commençant ma lecture, ne connaissant d'Updike que Les Sorcières d'Eastwick dont la couverture m'obsédait à la bibliothèque quand j'étais ado (parce qu'elle était fort laide, ce qui ne m'a jamais donné envie !). Pourtant, je crois que je m'attendais à mieux...
On assiste, dans ce livre, au récit d'une journée de la vie de l'hospice, un peu particulière puisque c'est celle de la kermesse, unique animation de l'année pour beaucoup. Est-ce parce que la vie à l'hsopice n'a rien de palpitant que le livre est taillé dans la même veine ? J'ai lu, mais je me suis autant ennuyée que les personnages... 
En parlant des personnages, ils n'ont rien qui nous les rendent attachants : le prof à la retraite depuis quarante ans qui donne toujours des leçons aux autres, l'ancien ouvrier malpoli et grossier, la vieille fille qui ne s'occupe que de sa couture...
La plume d'Updike est plaisante, et le style extrêmement fluide. Je crois seulement que je n'ai pas commencé avec le bon ouvrage : il faut dire que ce roman est un de ses premiers ; j'imagine que je peux trouver bien mieux... Pourquoi pas les Sorcières, d'ailleurs ? Quelqu'un pour m'aider ?

Pourtant, pour finir, deux phrases qui m'ont plu, et que je voulais vous soumettre, bien que ce ne soit pas dans mes habitudes :
"Les gens parlent d'aimer la vie. La vie est une folle furieuse enfermée dans une pièce verrouillée."

"Quant aux étoiles qui vous inspirent une telle répulsion, pour moi ce sont des points de lumière disposés au hasard, en vue de donner au ciel nocturne quelques enjolivements. Il m'est arrivé de penser que si vous et les gens de votre espèce aviez mis en place les étoiles, vous les auriez disposées selon une figure géométrique, ou vous les auriez fait tracer dans le ciel une maxime donnant à réfléchir."

Vous comprenez, après deux si belles phrases, que je n'ai pas dit mon dernier mot avec Updike...
Repost 0
Published by Neph - dans U
commenter cet article