Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 janvier 2010 6 02 /01 /janvier /2010 19:44
Quand j'ai vu ce livre dans une liste de partenariats proposés par l'équipe de Livraddict, je n'ai pas hésité longtemps. J'aime les romans ésotériques, et le résumé de celui-ci m'avait alléchée. Je crois que la couverture et le titre, un peu trop dramatique, auraient du me freiner un peu...

http://www.renaud-bray.com/ImagesEditeurs/PG/1034/1034432-gf.jpg
"Bon, vas-y, dis-nous plutôt de quoi ça parle !"

Au Louvre, les spécialistes s'activent : il s'agit de préparer une exposition dédiée au génie Botticelli. Vingt ans plus tôt, une toile du maître avait été dérobée : ce vol avait entraîné le suicide du conservateur, desespéré. Sa fille, Marie-Nadège, qui a pris sa succession au musée, continue, avec ses amis, à chercher la vérité : Samantha cherche de l'aide grâce au spiritisme, l'inspecteur Guy-Thomas enquête, l'infirmière Gloria se tourne vers un jeune autiste savant qui semble perturbé par les toiles de Botticelli... De nombreuses routes se croisent et convergent vers une vérité difficile à imaginer.

L'idée de départ est terriblement séduisante : la période de la Renaissance m'intéresse beaucoup, même si j'avoue humblement mon ignorance à ce sujet. Du coup, les diverses informations disséminées au fil du livre à propos de Botticelli, de la Renaissance, de Florence sont souvent intéressantes. En revanche, j'ai trouvé dommage que l'auteur ait choisi d'inventer des toiles de Botticelli : en faisant tourner son livre autour de toiles existantes, l'intrigue aurait pu être plus riche, à l'image de ce que fait Dan Brown dans ses ouvrages en faisant référence à des oeuvres existantes.

Malgré la richesse du scénario, je n'ai pas été touchée par cette lecture. Pire : j'ai souvent ri ou déploré des passages un peu trop niais. C'est un détail, mais le choix des prénoms m'a fait rire dès la première page, lorsqu'on découvre Kristin, Samantha et... Marie-Nadège. Les Français ont d'ailleurs des prénoms composés : on découvre aussi Pascal-Léon et Guy-Thomas. L'Italien s'appelle Tonio, le Russe Slovad : on ne risque pas de les confondre.
Ce pourrait rester anecdotique si le style dépassait ce choix hasardeux, mais là encore, j'ai du mal à comprendre les vaines tentatives d'humour et les détails qui tuent donnés par l'auteur par-ci par-là. Le sujet est sérieux, et tomber sur des perles de ce genre décridibilisent tout le reste. Voici, en vrac, quelques phrases que j'ai soulignées parce qu'elles ont ôté aux pages que je lisais tout sérieux :

- Et toi, tu as toujours baigné dans le milieu de l'art ? lui demanda-t-il alors qu'ils attaquaient leur couscous-merguez.
- Non. [...] Mes parents ont un haras près de Fribourg [...]. J'adore monter à cehval. Surtout à l'aube, quand la brume noie les sentiers dans la ouate.

Slovad retira la main qu'il remontait le long de la cuisse de Gloria lorsque leur fille arriva en courant.
- Dis, maman, c'est quoi une pute ?

Slovad Tourgueniev entra dans le petit local au moment où un grand Noir - une force de la nature - prenait place devant Rolande Monceau, l'institutrice aussi sympathique qu'un chorizo oublié pendant un siècle dans le garde-manger.

Samantha avait ses habitudes, lorsqu'elle séjournait à Madrid. "Je n'ai rien contre la pauvreté, mais lorsque j'ai le choix, j'ai un petit penchant pour le luxe", aimait-elle à répéter.

Voilà. Ca se passe de commentaires ! Cette lecture restera donc pour moi une grande déception.
Toutefois, je remercie l'équipe de Livraddict et les éditions Michel Lafon pour l'envoie de ce livre, qui aurait pu être une belle découverte...


Partager cet article

Repost 0
Published by Neph - dans R
commenter cet article

commentaires

Lillie 25/10/2010 23:14


Désolée, Neph, mais je crois que ta critique est injustement cinglante. Je viens d'écrire a Heclea et Fée que, suite a leur suggestion, j'ai lu ce livre une première fois en février puis de nouveau
il y a deux semaines, toujours avec autant de plaisir. Grand coup de coeur pour moi et mes soeurs. J'espère que tu ne prendras pas mal mon commentaire, mais je suis peinée lorsque je vois un livre
se faire démolir de cette façon...


Neph 26/10/2010 10:43



Bien sûr que non, je ne le prends pas mal ; je n'ai aucun lien avec l'auteur ou la maison d'édition et même dans le cadre de partenariats, comme tous les bloggeurs,
j'essaie d'être la plus honnête possible quant à mon ressenti.


Que tu aies aimé le livre est une chose, et j'en suis ravie pour tes soeurs et toi ; en revanche je n'ai pas l'impression d'avoir été cinglante puisque j'ai justifié
les remarques que j'ai faites par des exemples, je n'ai pas parlé en l'air juste pour le plaisir.



Rose 08/01/2010 01:45


... je me sens idiote de l'avoir offert en cadeau à ma mère... Je l'avais pourtant adoré ce livre... Suis-je la seule ?


Neph 08/01/2010 13:02



Oh non, tu n'es pas la seule, rassure-toi ! Sur Livraddict, tu trouveras les avis d'autres bloggeurs qui l'ont aussi apprécié ! Et puis, pas de honte à avoir :
chacun ses goûts :)



Theoma 07/01/2010 20:25


ok, j'essaie mais je ne garantis pas à 100 %, ça te convient ? Bonne soirée !


Neph 07/01/2010 21:05



Parfaiiiiit ! C'est l'intention qui compte :)
Je t'ajoute à la liste ;)



Lilibook 05/01/2010 13:09


Ah, je crois que je l'avais noté dans ma lal mais je vais peut être révisé mon avis, ou bien plutôt le lire sans urgence si je le vois à la biblio


Neph 05/01/2010 20:57



Euh, oui, mais vraiment en désespoir de cause, hein !



Mango 04/01/2010 16:41


Tu as bien fait de mettre des extraits qui situent tout de suite le style de ce livre plein de clichés! Berk!


Neph 05/01/2010 20:00



C'était mon devoir !