Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 20:02

C'est un tel plaisir qu'un livre choisi dans le cadre d'un partenariat parce qu'il semblait tentant se révèle finalement encore meilleur que ce que l'on s'imaginait. C'est le cas aujourd'hui avec Speed Queen.

 

speed queen

 

"Bon, vas-y, dis-nous plutôt de quoi ça parle !"

 

Marjorie est en prison, plus pour longtemps : elle attend dans le couloir de la mort son exécution qui doit avoir lieu dans la soirée. Pour subvenir aux besoins à venir du fils qu'elle laisse orphelin, elle a accepté de répondre aux questions d'un romancier qui désire écrire un livre à partir de son histoire. Ce romancier n'est pas n'importe qui : il s'agit de Stephen King.

Marjorie se lance donc dans un récit de sa vie, rythmé par les questions diverses d'une liste qu'elle égrenne : ayant connu l'alcoolisme au début de sa vie d'adulte après une enfance pourtant heureuse, elle sombre dans la dépendance à des tas de drogues, dépendance que connaît aussi son compagnon, Lamont. Pour quelques petits délits, Marjorie est emprisonnée une première fois et rencontre Natalie, qui deviendra son amante puis celle de Lamont. Le triangle amoureux, bientôt déchiré par les rivalités, va dériver vers des délits de plus en plus graves, jusqu'à une série de meurtres en chaîne qui les mènent au point de non-retour...

 

Je vous dirai tout de suite que je n'ai pas trouvé trace de l'humour décapant qu'évoque la couverture. En revanche, "l'intelligence implacable", oui et re-oui. S'agissant déjà de la forme choisie par l'auteur, il y a de quoi s'étonner : jamais nous ne lirons la moindre question formulée par le Stephen King qui interroge Marjorie, mais directement les réponses de cette dernière ou une de ses reformulations. D'ailleurs, les références aux grandes oeuvres de King sont légion dans les réponses de Marjorie.

 

Marjorie raconte une histoire qui pourrait faire froid dans le dos : la manière dont se concluent les assassinats qu'ils commettent fait frémir, et Marjorie n'enjolive rien. Pourtant, à travers ses dires, elle apparaît comme une femme amoureuse, qui se veut forte mais n'est que pathétique : prête à tout pour l'homme qu'elle aime, elle ne se rend pas compte des folies qu'elle accepte, ni du fait qu'ils basculent de plus en plus profondément dans l'illégalité avec leurs petits trafics en tous genres. Malgré tout, on ne peut s'empêcher de la trouver attachante et de redouter la fin du livre, quand viendra le moment de l'injection léthale...

 

A travers les souvenirs de son personnage, Stewart O'Nan brosse un portrait plutôt effrayant de l'Amérique profonde : accros aux multiples mets proposés dans tous les fast-foods imaginables et complètement dingues de voitures, Marjorie énumère sans complexe des noms abracadabrantesques de plats ou d'équipements automobiles très détaillés, au point que le traducteur ait éprouvé le besoin d'ajouter en fin d'ouvrage un lexique pour expliquer ce que désignent tous ces mots. Grand bien lui en a pris ! Le tout forme un ouvrage édifiant, étonnant et addictif, comme la drogue l'était pour Marjorie. Du O'Nan, j'en redemande !

 

 

challenge-100-ans-article-300x225.png

 

Je remercie la Blog-O-Book Team et les éditions Points pour cet envoi !



Partager cet article

Repost 0
Published by Neph - dans O
commenter cet article

commentaires

MyaRosa 26/04/2010 22:03


J'en redemande aussi! Une très belle découverte.


Neph 02/05/2010 17:28



Il faut que l'on continue sur notre lancée !



pimprenelle 25/04/2010 21:24


Je ne connais pas cet auteur, mais ça m'a l'air pas mal...


Neph 02/05/2010 17:22



C'est une très bonne découverte, et je n'hésite pas une seconde en disant que j'en relirai !



Stephie 24/04/2010 14:27


Je vais noter ce titre, qui semble prometteur ;)


Neph 30/04/2010 20:27



Tu as raison, regarde qui le recommande chaleureusement en commentaires !



Ofelia 23/04/2010 23:40


Bon.
Il y a deux mots clés dans ta note qui me font noter et me feront lire ce livre: "Marjorie" (mon prénom) et "Stephen King". De les voir ensemble dans un même paragraphe... je VAIS lire ce livre :)


Neph 30/04/2010 20:26



Cette circonstance est tout à fait fortuite. A moins que Stewart O'Nan l'ait voulu ainsi justement pour moi, hin hiiin (mais là c'est flippant).


Si tu veux, je peux te le prêter ;)



Ys 23/04/2010 22:57


Ah la la, ça a l'air carrément bien ce livre et cet auteur m'intrigue ; j'ai fait une tentative avec "Un mal qui répand la terreur" mais je n'ai pas accroché : pourquoi ne pas recommencer...


Neph 30/04/2010 20:25



Cette fois, tu cites un titre que je suis certaine de ne pas connaître, mais O'Nan a l'air d'être un grand monsieur qu'il faut suiver de près...