Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juillet 2011 3 13 /07 /juillet /2011 05:00

Touchée de plein fouet par les bouleversements climatiques et environnementaux de ce siècle, Venise menace de s'effondrer sur elle-même. Alors que les touristes et les habitants de la Sérénissime sont invités à quitter la ville bientôt déserte, une poignée d'irréductibles résiste aux ordres donnés pour vivre au plus près les dernières heures de Venise... et peut-être mourir avec elle. Parmi eux, Marie incarne la femme amoureuse et passionnée. Elle voue un amour et une admiration éternels à Laurent, un photographe spécialisé dans les reportages à risques et spectaculaires. Marie, costumée, va donc inviter Laurent à participer aux derniers bals organisés en petit comité à Venise, mais celui-ci ne se doute pas une seconde qu'il connaît Marie... Et cet oubli risque de lui coûter la vie.

 

Couv_Sombre_Lagune.jpg

 

La Venise des amoureux transis et des gondoliers chantant à tue-tête "O Sole Mio" en passant sous le Pont des Soupirs n'est pas celle que le lecteur visite en ouvrant le livre de Valérie Bettencourt. Pour être sombre, elle l'est, la lagune vénitienne : l'incipit nous plonge dans une ambiance proche de la fin des temps pour la Cité des Doges. Des réfugiés par milliers, emportant avec eux mobilier et biens, souvenirs et regrets, se pressent pour quitter Venise, l'abandonnant théoriquement aux seuls faisceaux des lampes torches des autorités italiennes.

 

Pourtant, c'est avec étonnement que l'on voit débarquer des résistants qui veulent coûte que coûte rester à Venise. Nous rencontrons d'abord Laurent : s'il semble être un homme fort et audacieux, il porte en lui des failles qui l'affaiblissent et le rendent plus humain. Puis vient un étrange cortège de personnages costumés, qui invitent Laurent à se joindre pour une dernière mascarade. Drôles de bals en perspective, mais l'auteur entretient à merveille un fantasme bien humain : qui n'a jamais rêvé de n'avoir que pour lui Venise, Paris ou tout autre ville qu'il aime et parcoure avec bonheur ?

 

L'histoire qui lie Marie et Laurent sert de fil directeur aux aventures des derniers vénitiens, mais l'ensemble des participants cache des secrets qui expliquent leur présence en ces dernières heures de la ville. La perte, quelle qu'elle soit, semble toutefois être leur dénominateur commun. On découvrira au fur et à mesure les liens qui les rapprochent et qui structurent la démesure des soirées qu'ils organisent avec force costumes, décors et mises en scène.

 

J'ai parfois été un peu surprise d'un style paradoxalement simple et peu orné de la part de l'auteur dans les dialogues entre les personnages, voire familier, qui contraste avec le faste d'une Venise décrite en long et en large, pour notre plus grand plaisir, dans ses aspects les plus méconnus. A posteriori, je me rends compte que Venise reste bien le décor de l'action et pas un personnage à part entière de l'histoire, mais également que le style concorde fort bien avec la réalité de ces personnages que l'on croise à la frontière des siècles qu'ils veulent recréer alors qu'ils sont eux-mêmes fortement liés à leur propre époque.

Une fois n'est pas coutume, j'aurais même aimé davantage de détails sur la passion physique qui relie Marie et Antoine et que l'auteur suggère... Mais j'ai imaginé ! Il faut dire que l'histoire de Marie s'y prête à merveille et que l'on se plaît à se demander si l'on pourrait, nous aussi, verser aussi totalement, inconditionnellement dans une histoire d'amour.

 

Merci pour cette belle découverte aux Agents Littéraires, grâce à qui j'ai déjà découvert Damnée, et qui ont le mérite de nous faire découvrir des auteurs prometteurs et encore discrets...

Si vous êtes tentés par une visite de la Sombre Lagune, je me propose de le faire voyager jusqu'à vous, afin que vous rencontriez vous aussi la troublante Marie et l'audacieux Laurent ! Faites-moi signe !


Partager cet article

Repost 0
Published by Neph - dans A
commenter cet article

commentaires

Ankya 22/08/2011 16:22


Ce livre m'a l'air bien sympathique !! Si je le vois en librairie je pense le prendre :)


Neph 09/09/2011 11:23



Bonne découverte !



Manu 17/07/2011 08:58


Étrange comme postulat mais intriguant. Si je n'avais pas tant à lire, je me serais peut-être laissée tenter par ta proposition.


Neph 08/08/2011 17:21



Toi aussi, ta PAL se mutliplie de manière incompréhensible ?



Paskal Carlier 13/07/2011 14:08


Je suis l'éditeur de ce magnifique roman et je vous remercie pour cette belle chronique. Je tiens à préciser que ce roman à obtenu le prix "Plume Libre 2011" qui est décerné par un vote des
lecteurs.


Neph 08/08/2011 17:20



Merci à vous !



Stephie 13/07/2011 10:15


La couverture est jolie mais pas envie pour autant. Remarque, je lutte contre la panne en ce moment


Neph 08/08/2011 17:20



Les vacances sont faites pour faire ce qu'on veut... Lire, ne pas lire, telle est la question !