Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 10:45

Quand l'organiste de l'église qu'il fréquente régulièrement est retrouvé mort, allongé dans une mare de sang, Lionel Kasdan, flic à la retraite, décide de reprendre du service. L'affaire s'étoffe bientôt lorsque les analyses révèlent que la victime serait morte de douleur et que les empreintes de pas trouvées sur la scène de crime s'avèrent être des empreintes d'enfants... Kasdan se voit rejoint par Cédric Volokine, enquêteur à la Brigade des Mineurs et spécialiste des cas de pédophilie, qui voit dans ces traces de pas la possible marque d'une histoire de vengeance. Mais Kasdan et Volokine se retrouvent entraînés dans les méandres d'une organisation bien plus complexe que ceux qu'ils sont en mesure d'imaginer...

 

couv-grange-miserere.jpg

 

Six ou sept ans s'étaient sûrement écoulés depuis ma dernière lecture d'un Jean-Christophe Grangé, mais il ne m'a pas fallu plus d'une vingtaine de pages pour retrouver l'ambiance si particulière aux romans de l'auteur.

Le tableau commence déjà en la personne de l'enquêteur principal, Lionel Kasdan : présenté comme un Arménien d'une soixantaine d'années, au visage buriné et marqué par les stigmates de ses expériences passées en tant que flic et militaire, il n'est pas sans évoquer au lecteur le choix de Jean Reno, qui incarnait au cinéma le héros des Rivières pourpres, premier succès de Grangé.

Le roman dévoile au fur et mesure de l'avancée de l'enquête des parts sombres de la vie passée de Kasdan : d'abord présenté comme un veuf bien débarrassé de sa femme qu'il n'aimait plus, il apparaît finalement comme traumatisé par les circonstances de la mort de celle qui fut son épouse pendant des années ; si on le voit en parallèle en prise avec les souvenirs de sa carrière militaire, qui consistent en des flashs ou des rêves violents de massacres, on finit par comprendre qu'il n'en fut pas l'instigateur mais une victime indirecte.

De la même manière, Volokine lui aussi révèle un profil particulier : la première scène dans laquelle il apparaît le montre en prise avec ses démons intérieurs puisqu'il lutte contre le manque d'héroïne en cure de désintoxication.

 

Ainsi, Volokine, flic surdoué, beau mec, junkie en rémission, et Kasdan, vieux flic torturé et hanté par des souvenirs traumatisants, s'associent pour mener une enquête tout sauf officielle et usent de méthodes pas toujours recommandables.

Le meurtre de l'organiste, problème inaugural du roman, est vite suivi d'éléments problématiques qui confèrent à l'enquête un tour effrayant : la cohorte d'enfants tueurs qui officieraient en costumes en vogue à l'époque de la Seconde Guerre Mondiale m'a plus d'une fois donné des frissons... Plus l'enquête avance, plus l'ensemble se corse, sans jamais toutefois tourner au ridicule. On avance et on s'enfonce dans la complexité, dont l'acmé se révèle être l'implication possible d'anciens nazis responsables de tortures en Amérique du Sud et qui seraient venus perpétuer leurs horreurs en France.

 

Les 635 pages de l'édition de poche de Miserere m'ont tenue en haleine plusieurs jours ; j'étais heureuse, attachée à Volokine et aux affres d'une enquête terrible, que le livre ne soit pas plus court (même si la fin ne m'a pas autant convaincue que le reste)...

 

Par ici, les avis de Stephie et Miss Alfie.


Partager cet article

Repost 0
Published by Neph - dans G
commenter cet article

commentaires

lili 28/01/2011 16:48


un des romans de Grangé que j'ai préféré, avec la ligne noire !


Neph 31/01/2011 13:57



J'ai La Ligne noire dans ma bibliothèque sans le souvenir de l'avoir lu : du coup, il est probable que je le lise un jour !



Lilibook 23/01/2011 22:57


j'avais lu Les rivières pourpres à sa sortie, puis vu le film. J'avais adoré l'ambiance du livre, beaucoup aimé aussi le film. Et depuis je n'ai rien lu de l'auteur, peut-être de peur d'être déçues
par rapport au 1er que j'avais beaucoup apprécié. Il faudrait que je m'y replonge.


Neph 31/01/2011 13:45



Je comprends ce que tu veux dire ! On se méfie généralement des nouveautés des auteurs qu'on apprécie !



Morgouille 22/01/2011 13:22


Il est dans ma PAL, je l'avais acheté à sa sortie mais je n'avais finalement pas eu le temps de le lire. J'avais eu un coup de coeur pour "Le serment des limbes" mais j'ai un peu peur d'être déçue
de "Miserere" à cause de cette fin "bizarre" dont beaucoup parlent... J'avais déjà moyennement apprécié la fin du "Concile de pierre" !


Neph 31/01/2011 13:44



Je n'ai lu aucun des deux autres titres que tu cites, et je vais me méfier, alors...



Stephie 21/01/2011 18:38


Comme toi, gros bémol sur la fin...


Neph 31/01/2011 13:43



Elle tombe un peu plat, on s'attend à quelque chose de bien plus convaincant.



Theoma 21/01/2011 14:10


Hello Neph ! Bonne année ! (il est jamais trop tard!) Même si je ne poste pas souvent de commentaires, je continue à venir chez toi piocher des idées de lectures !


Neph 31/01/2011 13:42



Bonne année à toi aussi, Theoma ! Merci :)