Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 décembre 2009 6 12 /12 /décembre /2009 14:48
Au cours de cette première année bloggesque, j'ai eu l'occasion de vous parler un jour d'un livre qui m'avait beaucoup touchée, intitulé Des Fleurs pour Algernon. D'ailleurs, grâce à vos commentaires, j'avais pu me rendre compte que vous aviez déjà vous-même beaucoup apprécié ce livre ou aviez été intéressés par le sujet.

Ainsi, lorsque le site Livraddict a proposé un partenariat avec la maison Livre de poche pour lire un roman de Daniel Keyes, auteur des Fleurs pour Algernon, je n'ai pas hésité une seule seconde.
C'est ainsi que j'ai reçu Les Mille Et Une Vies de Billy Milligan.

keyes_1001vies.jpg
"Bon, vas-y, dis-nous plutôt de quoi ça parle !"

Après avoir reçu des plaintes émanant de plusieurs jeunes filles, la police de l'Ohio débarque un jour chez Billy Milligan dans le but de l'arrêter pour viol. Dans son appartement, les policiers trouvent les cartes de crédit des jeunes femmes, de l'argent et des armes. Mais Billy déclare ne pas être au courant des viols dont on l'accuse, et ne comprend pas ce que ces objets font chez lui. Son comportement, qui le fait osciller entre rage et pleurs, colère et incompréhension, conduit les médecins à se pencher sur son cas, et ils découvrent très vite que Milligan n'est pas un suspect comme les autres. Des entretiens avec des psychiatres de renom révèlent que Billy est atteint d'une personnalité multiple. Mais ce ne sont pas deux personnes qui cohabitent ne lui, tels Dr Jekyll et Mr Hide, mais vingt-quatre, dotéés chacune d'une identité propre et d'un tempérament particulier... Billy Milligan doit être jugé pour les meurtres qu'on lui impute, mais il doit auparavant être soigné et observé pour que l'on détermine s'il est ou non responsable de ses actes.

En recevant ce roman, je ne savais pas vraiment à quoi m'en tenir, ayant fait preuve surtout d'une confiance aveugle au nom de l'auteur en couverture : je dois avouer que Daniel Keyes m'a encore une fois bouleversée. Le livre débute par une préface, dans laquelle je reproche à l'auteur d'en dire trop, dans sa volonté tout à fait louable de présenter le livre. La première partie du roman, "Le temps des embrouilles", raconte l'arrestation de Milligan, suivie par la prise de conscience par les médecins du fait que Milligan est doté de plusieurs personnalités. Au cours de différents entretiens, diverses rencontres, ils arrivent à reconnaître les multiples personnalités que Milligan abrite en lui. La deuxième partie, "De Billy au professeur", remonte le temps et nous raconte toute la vie de Billy, en mettant en lumière les raisons de l'apparition des différentes personnalités. Enfin, la troisième partie, "Par-delà la folie", revient au Billy arrêté et en instance de jugement.

C'est proprement hallucinant de naviguer, pendant près de six cent trente pages, parmi les personnalités de Billy. Dans la bouche de celui qui domine intellectuellement les autres, Arthur, on apprend que le vrai Billy ne s'est pas montré depuis ses neuf ans, alors qu'il en a une vingtaine à ce moment-là ! Lors d'une discussion avec un psychiatre, Arthur et les autres laissent apparaître le "vrai" Billy : le petit garçon s'éveille alors dans son propre corps et se montre extrêmement craintif. Il ne se souvient de rien depuis ses neuf ans ! Le psychiatre arrive à comprendre, au fur et à mesure de ses rencontres avec celui qu'on appelle Billy, par commodité, le fonctionnement des personnalités.
Billy, laissé à lui-même dans son enfance, s'est inventé un ami imaginaire pour lui tenir compagnie.
A la suite d'un événement traumatisant, cet ami est devenu un aspect de lui-même, qui surgissait à la place de Billy pour endurer les souffrances de celui-ci : quand il allait être puni, par exemple, Billy "s'endormait" et laissait place à celui qui s'appelle David. Une fois la punition passée, David s'effaçait et Billy revenait, sans savoir ce qui s'était passé. Le même phénomène se met en place pour les autres personnalités, chacune prenant en charge quelque chose de trop compliqué pour Billy, essayant ainsi de le protéger. Finalement, tous finirent par prendre le relais du Billy initial, qui resta endormi... Le fonctionnement psychique mis en place au départ pour protéger Billy prend le dessus sur lui.

Ce qui est troublant, c'est que chacune des personnalités parle différemment, agit différemment : Arthur a l'accent anglais, Ragen l'accent slave... Chaque fois qu'une personnalité prend le dessus, ou se met sous le projecteur, pour reprendre l'image employée par Billy, cela se traduit physiquement et oralement. Ce qui serait un tour de force pour un comédien est l'état naturel de Billy.
C'est un roman que j'ai trouvé éminement triste. Voir les personnalités s'animer une à une, pour des laps de temps inégaux, et mener chacune Billy selon les actions qui lui sont les plus naturelles sans que les autres soient au courant, puis se mettre à la place de celle qui vient après et s'éveille sans savoir ce qui s'est passé avant, je trouve ça affreux. C'est encore plus triste lorsque les personnalités qui s'animent sont des enfants, comme la petite Christine qui a éternellement trois ans, ou Shawn, le petit sourd qui ne veut pas entendre la souffrance du monde, ou encore David, qui absorbe toute la douleur... L'incompréhension règne. L'écriture de tout le roman intégralment au présent renforce cette douleur.

On ne peut, après lecture, qu'être convaincu de la véritable souffrance que doit être la vie de Billy. Sans compter tous ceux qui le prennent pour un simulateur qui ne veut pas être jugé pour ses méfaits, il doit construire sa vie en ignorant en permanence ses souvenirs... Quelle situation délicate et perturbante !

Je terminerai sur un fait qui, à la lecture du livre, nous est donné d'emblée : tout le roman est fondé sur une histoire vraie. Billy Milligan a existé et vit toujours, et s'est entretenu avec l'auteur pendant de longs mois. Seuls les noms des femmes qui l'ont accusé et ont également parlé avec l'auteur sont modifiés ; les noms de ses proches, des médecins ou des avocats qui l'ont cotoyé sont inchangés. L'auteur les a tous rencontrés pour écrire ce livre, paru d'abord en France en 1981 sous le titre Billy Milligan, l'homme aux vingt-quatre personnalités et réédité en 2001 sous le titre que nous connaissons.
A la fin du livre, l'édition Livre de Poche nous informe de la parution début 2009 d'un livre du même auteur, Les Mille Et Une Guerres de Billy Milligan, dont la parution a été interdite aux Etats-Unis : il se penche sur les conditions d'incarcération de Milligan dans des structures pénitentiaires inadaptées aux malades mentaux, et détaille des conditions d'enfermement inhumaines. Je crois que je me pencherai dessus...

En espérant ne pas vous avoir perdus en route dans cet article qui, je m'en rends compte, est interminable, je remercie Livraddict pour ce livre qui, décidément, confirme pour moi l'indéniable talent de Daniel Keyes. Merci également aux éditions Livre de Poche.

livraddict.jpg

Vous trouverez ici l'avis d'Heclea.

Mais, mais... c'est ma première lecture entrant dans le cadre du Challenge 100 ans de littérature américaine de Bouh !

challenge-100-ans-article-300x225.png

Partager cet article

Repost 0
Published by Neph - dans K
commenter cet article

commentaires

Bouh 19/12/2009 15:47


Je te confirme, la narration au présent est un peu particulière. Il est génial pour l'instant :)


Neph 19/12/2009 16:19



Ah, tant mieux s'il te plaît !



pom' 19/12/2009 14:14


il est dans ma PAL

bonne fêtes de noël


Neph 19/12/2009 16:19



Bonnes fêtes à toi aussi :)



Géraldine 17/12/2009 18:18


Je ne connaissais pas cet auteur. je note son nom ainsi que le titre du livre.


Neph 17/12/2009 18:34



J'espère qu'il te plaira !



bene 17/12/2009 08:08


Un livre super intrigant qui m'a bluffé!


Neph 17/12/2009 11:11



Je crois que tous les lecteurs ont été scotchés !



Mango 14/12/2009 20:51


Je ne connaissais ni l'auteur, ni cette histoire! C'est horrible de souffrir comme ça! Je vais voir si ce livre est à la bibliothèque!


Neph 14/12/2009 22:09



Je te conseille aussi Des Fleurs pour Algernon, c'est peut-être encore mieux pour commencer avec cet auteur. Mais c'est terrible également. J'ai écrit un billet
aussi à son sujet ;)