Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 14:45

Opprimés par le régime du tsar, un groupe de socialistes révolutionnaires décide de s'attaquer au pouvoir et fomentent un attentat contre le grand-duc Serge, oncle du tsar. Ces terroristes se partagent les rôles et définissent les moyens de leur acte, avant de passer à l'exécution de leur plan : jeter une bombe sur la calèche du grand-duc... Risquant de mourir pendant l'attentat ou d'être condamnés à mort, les conjurés vivent dans la joie et la douleur les derniers préparatifs.

 

les-justes_couv.jpg

 

Les Justes est une pièce complexe de par son sujet, qui m'était totalement inconnu. Un avant-propos de l'auteur permet de comprendre que la pièce est fondée sur un fait historique réel, théâtralisé par Camus pour rendre les personnages vraisemblables et humains.

En effet, si le recours à la violence censé amener à la paix est un point discutable et d'aileurs critiqué par l'auteur dans un débat entre Stepan et Kaliayev, Camus présente ces camarades révolutionnaires comme des hommes et non des machines ou des kamikazes irréfléchis, en leur conférant des qualités et des défauts proprement humains.

 

Leur révolte est louable, et devoir envisager la mort d'autrui ne s'avère pas couler de source, malgré leur détermination. Ainsi, Kaliayev retrouvera une part d'humanité en refusant de s'en prendre aux enfants accompagnant le grand-duc.

Habités par une haine farouche pour le régime, les personnages n'attaquent pas le grand-duc par lui-même ni pour lui-même, mais c'est bien la tyrannie qu'ils visent à travers lui, dans le but ultime de libérer le peuple tout entier. Capables de haine donc, les personnages peuvent aussi toutefois aimer. Ils aiment leur patrie d'un amour inconditionnel ; ils s'aiment entre camarades, avec la violence et la sincérité des derniers instants.

 

Camus rend hommage aux grands hommes de l'ombre, qui luttent pour abolir les systèmes inégaux tout en devant parfois composer avec les mêmes travers, ici le recours à la violence. Entre exaltation et douleur, Les Justes est une pièce dure et évocatrice des malheurs des hommes.

 

Après avoir oublié le mois de février, si court, il s'agit là de ma lecture de mars pour le challenge de Stephie !

 

challenge classique

Partager cet article

Repost 0
Published by Neph - dans C
commenter cet article

commentaires

Choupynette 05/04/2013 22:08

une pièce remarquable! j'avais adoré!

Neph 08/04/2013 12:25



Je suis ravie de l'avoir découverte !



kikine 28/03/2013 23:42

Je l'ai étudié avec un immense plaisir pour le bac. Bons souvenirs.

Neph 05/04/2013 19:05



C'est une bonne idée, pour le bac : c'est une pièce fort riche !



Edelwe 28/03/2013 19:17

Je suis fan de cette pièce! Sublime!

Neph 05/04/2013 19:04



Quand je pense que je ne la connaissais pas !



Alex-Mot-à-Mots 28/03/2013 09:28

Une pièce forte, comme souvent les romans de Camus.

Neph 05/04/2013 19:04



Et vous risquez de revoir du Camus en ces lieux !



Emmanuelle 27/03/2013 23:34

Je me disais aussi... il fallait un challenge pour te faire lire ça en plein milieu de GOT !

Neph 05/04/2013 19:04



Je suis pour le mélange des genres !