Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 17:15

Ouvrage composite proposé par l'Atelier de l'Agneau, Les Abeilles propose la traduction par Françoise Favretto du livre IV des Géorgiques, de Virgile, accompagnée d'un entretien intitulé "Sur Virgile et l'apiculture".

 

 

26_994119.jpeg

 

Lors de la dernière édition de Masse Critique par Babelio, voilà un titre qui m'avait interpelée : j'aime garder un oeil sur les dernières parutions qui concernent les auteurs de l'Antiquité, et cette nouvelle traduction m'avait attirée.

 

L'avant-propos du livre nous signale les partis pris de l'auteur, qui s'est centrée sur les abeilles, sujet central du livre IV des Géorgiques, de Virgile, en laissant de côté des extraits commandés à l'auteur et sans intérêt particulier vis-à-vis du propos sur les abeilles. Soit : il est appréciable que Mme Favretto présente ainsi son projet au lecteur qui sait à quoi s'attendre !

 

Le livre IV, après trois autres consacrés aux travaux des champs, aux arbres et à la vigne ainsi qu'aux troupeaux, est un traité d'apiculture : Virgile y expose les lieux de vie propices aux abeilles ("il faut des sources limpides, des étangs aux bords pleins de mousse verte, ou quelque ruisseau se faufilant à travers les herbes. Il faut un palmier ou un olivier sauvage, pour faire de l'ombre au seuil de leur maison."), ainsi que des indications destinées aux apiculteurs pour construire une ruche pratique et favoriser les déplacements de l'essaim. L'auteur décrit ensuite l'affrontement qui peut avoir lieu entre deux essaims : "toutes se mêlent, se réunissent en un immense cercle et précipitées vers leur perte, elles tombent." S'ensuit une longue énumération des qualités attribuées aux abeilles et des remèdes efficaces pour faire perdurer l'essaim affaibli.

La traduction s'accompagne de deux pages de notes pour améliorer la compréhension des points mythologiques délicats ou du vocabulaire savant.

 

A la fin de l'ouvrage, une vingtaine de pages sont consacrées à un entretien mené entre professionnels sur la question de la fiabilité du propos de Virgile et sa survivance dans les pratiques actuelles des apiculteurs. On s'aperçoit que Virgile avait listé de bons réflexes et des astuces toujours mises en pratique, quoiqu'un peu améliorées. La plus grossière erreur commise par l'auteur est le choix du mot "roi" pour désigner les reines pondeuses, erreur déjà rectifiée par les bons soins de la traductrice et reprise au cours de l'entretien. L'entretien s'achève ensuite par l'évocation de chiffres et statistiques sur la situation des abeilles en France à l'heure actuelle et des conseils pratiques donnés à un jeune apiculteur débutant.

 

En tant que lectrice adepte des auteurs classiques, je ne peux que regretter le peu de notes, qui auraient méritées d'être développées et accompagnées de davantage de retour au texte latin original. En tant que lectrice lambda, en revanche, je salue le projet de présenter un texte issu de notre patrimoine culturel et de le mettre en relation avec la situation actuelle des apiculteurs  pour montrer la continuité des pratiques et du souci de préserver l'espèce des abeilles.

 

Merci à Babelio et à l'Atelier de l'agneau pour cet ouvrage instructif, dont The Bursar nous a également parlé !


Partager cet article

Repost 0
Published by Neph - dans V
commenter cet article

commentaires

Violette 19/02/2011 12:18


j'avoue que je ne lirai sans doute jamais Virgile (oui, il ne faut jamais dire jamais...), je suis définitivement une Lettres modernes! ;-)


Neph 25/02/2011 15:12



Va-t-en ! Non, je plaisante :)



The Bursar 15/02/2011 20:22


Le peu de notes ne m'a pas dérangée plus que ça mais je suis assez peu portée sur les problèmes de traduction en latin.


Neph 25/02/2011 15:11



J'aurais justement aimé en avoir plus, c'est le genre de textes qui correspond bien à l'entrée "Interrogations scientifiques" du programme de Terminale, et j'avais
songé un instant à en préparer un extrait pour mes élèves.



Irrégulière 14/02/2011 13:57


Bof, sans moi, je n'ai aucun goût pour les abeilles ni pour les travaux des champs, je pense que je périrais d'ennui...


Neph 25/02/2011 15:09



Ce serait dommage d'en arriver là pour un livre :p