Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 décembre 2009 1 28 /12 /décembre /2009 12:43
Theoma, sur son blog Audouchoc, a publié il y a deux semaines un article que j'ai pris beaucoup de plaisir à lire, dans lequel elle explique qu'elle ne participera pas au lynchage collectif de Dan Brown. Je la rejoins sur ce point : à côté des Marc Lévy, Guillaume Musso et autres poids lourds de la nouvelle "littérature" française, je trouve Dan Brown particulièrement talentueux. Evidemment, tout est relatif.

Mais quand l'équipe de Blog-O-Book a proposé de lire Le Symbole perdu, grâce à un partenariat avec les éditions JCLattès, je me suis dit que c'était l'occasion de voir si, oui ou non, Dan Brown était bon à vouer aux gémonies.

le-symbole-perdu
Voici la clef d'une couverture efficace : le nom de l'auteur en gros, le titre aussi ; on vous rappelle le nom du dernier bouquin événement du même auteur, on rajoute le Capitole qui fait son petit effet, et une clef mystérieuse... On mélange tout et hop, on embarque direction Washington avec le maître du roman éostérico-policier.

"Bon, vas-y, dis-nous plutôt de quoi ça parle !"

Robert Langdon
, éminent professeur en symbologie, reçoit un coup de fil de l'assistant de son ami Peter Solomon, lui aussi éminent d'ailleurs et franc-maçon du plus haut grade : celui-ci le convie pour animer une conférence sur la symbolique dans l'architecture de Washington. C'est une aubaine pour Langdon, qui s'en trouve flatté et qui file prendre le jet privé affrété spécialement pour lui. Mais une fois sur place, Langdon ne trouve personne. Au téléphone, celui qui a qui il a parlé le matin même se trouve être un imposteur qui veut utiliser le savoir de Langdon pour mettre la main sur le plus grand trésor des francs-maçons. Il ne plaisante pas : il offre pour preuve la main gauche de Solomon, coupée et installée en plein Capitole...

Jusque là, j'aime l'idée : pour sauver son grand ami, Langdon va devoir coopérer avec le ravisseur, mais essaie de le mener en bateau pour ne pas lui révéler les secrets les mieux protégés de toute la franc-maçonnerie. Et quand la patronne du Bureau de sécurité de la CIA s'en mêle, on sent que tout n'est pas clair.

Là où j'adhère moins, c'est au sujet de la soeur de Solomon. Katherine travaille en effet sur un nouveau domaine scientifique, la noétique : selon elle, la force de la pensée et de l'âme humaine est quantifiable. En la maîtrisant et en l'orientant, on peut agir sur la matière et pourquoi pas la modifier. Ce n'est pas rien ! Mais Dan Brown, s'il met dans la bouche de Katherine un vrai laïus à ce propos, et qu'on en parle à moult reprises dans le livre, n'en tire pas grand-chose dans son intrigue, puisque ce n'est pas ce qui intéresse le ravisseur de Solomon. Du coup, puisque notre sujet est la franc-maçonnerie, pourquoi nous en raconter autant sur la noétique ?

Peut-être est-ce là le plus grand travers de Dan Brown, que Theoma soulève elle aussi dans son article : il aime, à travers la voix de ses personnages, nous donner des leçons. Il n'y a pas une page où un des protagonistes ne nous raconte pas un événement historique, ne détaille pas un symbole quelconque, n'explique pas un aspect de la franc-maçonnerie. Oui, c'est intéressant ; non, on n'en veut pas autant. Parce que, du coup, on saute allègrement d'un symbole à l'autre et on perd des lecteurs aussi vite. Quant à moi, j'ai parfois relu des pages avant de tout assimiler (je comprends vite mais il faut m'expliquer longtemps, à moi aussi).

Pourtant, je n'ai pas trouvé que ses explications étaient tirées par les cheveux. Si je devais reprocher à Dan Brown d'avoir exagéré le trait, je viserai sans hésitation les péripéties finales : entre Langdon coincé dans son caisson, noyé mais pas trop, et le ravisseur dont on découvre la véritable identité à la fin, c'est un peu gros.

Mais je ne garde pas une impression négative de ma lecture : si je ne suis pas une lectrice acharnée de Dan Brown, je comprends son succès et son livre m'a plu, sans me convaincre à 100%.

Lilibook a apprécié sa lecture, Theoma non mais ne le lynchera pas non plus. Merci à BOB et aux éditions JCLattès !

logobob01.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Neph - dans B
commenter cet article

commentaires

maxenc 25/06/2010 15:41


Un professeur de "symbologie" a-t-il le droit d'ignorer la connaissance de l'alphabet grec, et d'y ajouter une vingt-cinquième lettre ?

En effet, pages 492 & 493 de l'édition JC Lattès du roman "Le Symbole Perdu", il confond la voyelle longue "èta" dont la graphie majuscule est "H" avec la consonne muette "h" de l'alphabet
latin.

Et il réussit à dénicher une encyclopédie où il réussit à lire la définition d'un prétendu mot-clé de la franc-maçonnerie "Heredom", alors que c'est une impossibilité linguistique puisqu'il s'agit
très exactement d'un "barbarisme", erreur que ne commettent plus les collégiens qui commencent des études de grec avant la fin de la première quinzaine qui suit la rentrée de septembre.

Et pourtant Robert Langdon, porte-parole de Dan Brown, et présenté comme doté d'une "intelligence exceptionnelle", commet une telle "bourde", ce qui n'est pas la marque d'un génie de l'enseignement
: l'auteur du livre aurait pu au moins faire des recherches sur l'écriture grecque en ouvrant simplement un dictionnaire, car il y est bien précisé que la lettre "èta" s'écrivait en minuscule comme
le "n" de l'alphabet latin muni d'un prolongement vers le bas sur la droite, et "H" en majuscule.

Et le dictionnaire Bailly, dictionnaire grec-français, ouvrage de référence pour tous ceux qui ont dû suer sur des versions grecques, nous apprend que la voyelle "èta" ne peut pas être suivie de la
lettre "epsilon".

De cela, Dan Brown n'en a cure, et se contente de laisser croire que les dirigeants du soulèvement des "treize colonies" contre la soumission au trône de Londres (c'est-à-dire les fondateurs des
U.S.A.) dont Thomas Jefferson, grand maître franc-maçon, et Benjamin Franklin, ne savaient pas lire le grec, ce qui est la démonstration d'un anti-américanisme primaire et ridicule, surtout s'il
est involontaire.

C'est pourquoi je déconseille de lire ce roman, et surtout de le prendre pour "argent comptant", comme c'est généralement le cas d'une oeuvre qui a eu un grand succès (voir Da Vinci Code).


Neph 14/07/2010 17:11



Vous avez été bien plus attentif que moi à la lecture de cet ouvrage ! Je vais aller vérifier aux pages que vous m'indiquez, mais je trouve d'ores et déjà que c'est
en effet décevant de la part de l'auteur.



Franck M 26/05/2010 15:21


Un livre intéressant qui ne s'attarde pas simplement à dévoiler quelques vérités sonnantes sur la religion mais ouvrant réellement de nouvelles perspectives de visions sur les textes bibliques et
la Foi en générale.
Les connaissances utilisées dans cet ouvrage, comme dans les précédents, sont étonnantes et ne manquent pas d'effet.
Je conseille ce bouquin à tous ceux dont les neurones bouillonnent.. Le meilleur étant ce qu'induisent les quelques pages clôturant ce chef d'œuvre.


Neph 08/06/2010 16:25



Franck, vous avez bien raison ! Dan Brown fournit un travail d'arrache-pied, c'est palpable. J'imagine bien que ce livre a du connaître, depuis sa sortie, un grand
succès !



Isabelle 20/01/2010 16:53


Je l'ai bien aimé moi ce livre! L'identité du méchant m'a paru évidente trés vite, ce qui m'a un peu déçue car j'adore avoir la surprise, et j'ai bien aimé les leçons d'histoire distillées au cours
du roman.... C'est grave Docteur?


Neph 20/01/2010 20:23



Rhooo, bien sûr que non ! Il ne m'a pas déplu en masse, juste un peu déçue !



Marie 05/01/2010 07:52


J'ai lu ce livre pendant les vacances de Noël (pas encore fait de billet) et franchement... j'ai détesté ! Pas pour l'aspect commercial, mais pour l'aspect ésotérique acharné et puis aussi l'aspect
caricatural des personnages...


Neph 05/01/2010 20:24



Il y a finalement tous les avis au sujet de ce livre ! Tu avais déjà lu du Dan Brown ? Il ne fait pas dans la dentelle, mais dans l'ultra-efficace !



Cécilia 02/01/2010 23:04


J'ai fini ce bouquin dans la semaine, et j'avoue que je l'ai bien aimé ... Je suis d'accord pour le côté donneur de leçon de Brown, c'est un peu pénible. Mais j'ai adoré découvrir Washington et les
héritages maçonniques de la ville. On ne peut pas lui ôter sa formidable érudition. Je pense que la néotique n'intéresse pas le prédateur parce qu'il n'a pas compris qu'elle permet d'accéder aux
Mystères : la néotique, c'est l'explication scientifique du potentiel caché dans la Bible, gardienne des Mystères Anciens, selon Brown..
Bisous, Céci.


Neph 03/01/2010 12:00



C'est très gentil de passer par ici !
Tu as tout à fait raison : on en apprend beaucoup, et j'imagine qu'il a énormément travaillé pour mettre au point son livre.
Je suis d'accord avec toi pour la noétique, mais puisque finalement les expériences de Katherine ne sont pas utiles pour l'avancée des recherches sur la pyramide, on aurait pu limiter les exposés
à son sujet !