Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 janvier 2010 5 29 /01 /janvier /2010 21:47
Prenez les mots "lettres classiques", "grec ancien" "chef-d'oeuvre", réunissez-les dans de nombreux articles sur la blogosphère, et vous saurez pourquoi ce livre avait rejoint ma PAL depuis plusieurs semaines... Par bonheur, Craklou avait envie de le lire elle aussi et nous avons programmé une lecture commune.

http://a21.idata.over-blog.com/0/38/45/71/05-09/maitre_des_illusions.gif
"Bon, vas-y, dis-nous plutôt de quoi ça parle !"

Richard Papen, un étudiant un peu hésitant sur la filière qu'il veut suivre, découvre un beau jour les joies de l'étude du grec ancien. Arrivé à l'université de Hampden, il a la chance de pouvoir intégrer le cours du renommé professeur Julian Morrow, qui n'accepte que très peu d'élèves. C'est par ce biais qu'il fait la connaissance d'un groupe d'étudiants mystérieux, qui semblent vivre en autarcie et se mêler le moins possible à la vie du campus. Parmi eux, on trouve Henry, le lettré asocial, Francis, charmant camarade au goût très sûr, Edmund, un parasite qui vit aux crochets de ses amis, et les jumeaux Charles et Camilla.
Richard sympathise avec eux et les cours se déroulent dans une ambiance studieuse. Par ailleurs, tous ont une tendance un peu prononcée pour l'alcool et ils passent des week-ends arrosés ! Mais l'ambiance se délite peu à peu dans le groupe, et Richard, mis dans la confidence, apprend que quelque chose de gravissime se prépare...

Je pèse mes mots, quand je parle des "joies du grec ancien" : Craklou et moi avons encore en tête des après-midis entiers d'été à apprendre le grec au domicile d'une de nos professeurs. Au programme, déclinaisons, conjugaisons, grammaire, mais aussi discussions diverses, thés variés : j'ai retrouvé dans les cours de Julian toute cette ambiance plaisante et spirituelle.
Par ailleurs, il m'a semblé judicieux que l'histoire soit racontée à la première personne, à
travers les yeux de Richard, qui découvre de nouveaux lieux et fait la connaissance de personnages atypiques.

L'ensemble des personnages m'a énormément convaincue : ils semblent à chaque page nous échapper davantage. On les considère d'abord comme étant très mystérieux, comme le dit Richard, puis on apprend à les connaître un peu mieux et leurs abords les plus sympathiques, courtois se révèlent. Mais, lorsque le drame et le malaise s'installent, tout se délite, y compris les personnages. Tous sans exception se révèlent durs, froids et sans pitié. Le changement de caractère est radical entre le début et la fin, mais il est distillé par petites touches.
De plus, on a l'impression de faire partie de leur groupe, de devoir nous aussi choisir notre camp et agir dans l'intérêt de tous : j'ai été happée par l'histoire, au point de passer des heures plongée dans le livre.

Mais ces heures-là ne se sont pas écoulées sans heurt : certains passages traînent en longueur et l'auteur donne l'impression de se répéter. Les épisodes de réflexion de Richard sur les rapports d'Edmund, surnommé Bunny, avec le reste du groupe, sont interminables. J'avais l'impression étrange de tourner les pages mais de ne pas avancer dans ma lecture. C'est cette inégalité entre des passages prenants et de longs monologues, ou de longues énumérations de scènes finalement sans grand intérêt, qui a un peu attenué le plaisir de cette lecture dont j'attendais beaucoup.
Enfin, j'avais le sentiment, lors de ma lecture, de ne pas découvrir l'histoire, et j'en viens à me demander si je ne l'avais en fait pas déjà lu il y a de ça presque dix ans, quand j'étais ado. En lisant l'article de Craklou, je constate que nous avons eu les mêmes impressions à la lecture : je crois que ce phénomène de "déjà lu" tient en fait à l'ambiance parallèle à celle du Cercle des poètes disparus, que j'avais beaucoup aimé et qui m'est aussi venu en tête à plusieurs reprises.

Vous trouverez donc par ici l'article de Craklou ! Mango, initialement inscrite aussi, m'a fait savoir qu'elle avait eu quelques difficultés à se procurer le livre et nous en parlera donc un peu plus tard !


Partager cet article

Repost 0
Published by Neph - dans T
commenter cet article

commentaires

Luna 04/06/2011 10:45


Je dois dire que je ressors de ma lecture du Maître des illusions un peu déçue : l'histoire m'a bien plu, le monde un peu noir et cynique aussi, les personnages étranges également (sauf Richard
mais bon)... mais j'ai détesté l'écriture de Donna Tartt : pour être virtuose de l'écriture, elle l'est, mais la simplicité ne fait pas de mal ! 700 pages de détours et de chichis sans fin m'ont un
peu laissée sur le côté de la route...
Dommage l'histoire était sympa' !


Neph 10/06/2011 11:44



Je le reconnais volontiers, elle en fait parfois trop !



yueyin 03/02/2010 23:25


un roman qui m'a beaucoup marqué et dont je garde un souvenir très présent :-) mais je n'ai pas osé poursuivre avec l'auteur comme quoi.


Neph 04/02/2010 21:02



J'ai bien envie d'en lire un autre, pour voir si ce que j'ai reproché à ce colume se retrouve dans les autres !



Nelfe 02/02/2010 10:29


Je l'ai lu il y a peu. J'ai vraiment beaucoup aimé ce livre. Non pas pour l'intrigue que je trouve secondaire finalement mais pour l'ambiance, les personnages et leurs psychologies
détaillées...
Un "gros" bouquin où je me suis lovée comme dans du coton. J'ai adoré!


Neph 02/02/2010 11:35



Tu as tout à fait raison, l'ambiance prend le pas sur le côté policier. C'est cet aspect-là qui m'a passionnée aussi :)



fildefer 01/02/2010 12:02


Je ne connais pas du tout ce livre et pourtant il semble posséder un certain charme.Je note.


Neph 01/02/2010 13:36



Oh oui, c'est une atmosphère très particulière !



Anneso 30/01/2010 16:06


je l'avais beaucoup aimé :)


Neph 31/01/2010 21:41



Je ne vois que des avis globalement positifs ! Tant mieux !