Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mai 2011 7 29 /05 /mai /2011 14:27

A la fin du XIXème siècle, Chicago vit une période mouvementée : après des heures de négociations acharnées, la ville s'est vu attribuer l'énorme chantier de l'Exposition universelle destinée à célébrer les quatre cents ans de la découverte de l'Amérique par Colomb. A la tête de ce projet, Daniel Burnham et John Root, architectes associés, mettent en forme des plans sensationnels inspirés de l'architecture antique classique et embauchent des dizaines de milliers d'ouvriers pour réaliser ce chantier titanesque en un tout petit peu plus de deux ans. Alors que la mission semble impossible, un certain H. H. Holmes vient poser ses valises à Chicago : profitant de l'afflux de visiteurs et de travailleurs sur le site de la future exposition, il construit un hôtel dans le but inavoué d'étancher sa soif de sang : sous nos yeux, pendant que se contruit pas à pas l'Exposition, Holmes assassine victime aprs victime, devenant le premier serial killer de l'histoire des Etats-Unis.

 

Erik-Larson-Le-diable-dans-la-ville-blanche.jpg

 

La Ville Blanche, c'est le site de l'Exposition universelle. Au cours des quelques 640 pages qui composent le livre, nous assistons à toutes les étapes constitutives de l'événement, depuis le dessin des plans, le choix du site, le début des constructions, les nombreux aléas qui freinent ou stoppent le chantier (tempêtes, incendies, accidents, intempéries...) jusqu'à l'ouverture et l'apothéose de l'Exposition. Quelques clichés officiels émaillent les chapitres, comme pour mieux illustrer la magnificience de cette Exposition, dont les bâtisseurs rêvaient qu'elle dépassât le prestige de l'Expo parisienne dont Eiffel fut le héros. Mais l'esprit, émerveillé par les nombreuses descriptions très documentées de l'auteur, se suffit à lui-même sans besoin des photographies, et on se plaît à imaginer l'incroyable sensation qu'ont dû ressentir les visiteurs de l'Exposition, frappés par la beauté et les moyens démentiels mis en oeuvre.

 

On croisera d'ailleurs la route de grands noms de l'architecture et de l'industrie, tels que Ferris, l'inventeur de la première grande roue qui fut l'attraction principale de l'Exposition et qui pouvait transporter jusqu'à 36000 passagers à la fois ! La démesure nous gagne... Mais ce sont bel et bien les architectes qui se partagent la vedette, entre Burnham et Olmsted, architecte-paysagiste responsable de l'harmonie de l'ensemble.

 

Dans les notes qui accompagnent l'ouvrage, l'auteur explique s'être inspiré de De Sang froid, de Truman Capote, pour essayer d'épouser son style ; c'est mission réussie. A la fois thriller et document, témoignage et enquête, le livre composite de Larsson est une vraie pépite sur le Chicago des années 1890.

 

L'histoire de Holmes se contruit en parallèle de l'évolution du site de Jackson Park : on le voit déployer sous nos yeux tous ces monstrueux stratagèmes qu'il destinait à ses futures victimes. La plupart d'entre elles, jeunes femmes venues trouver leur indépendance et du travail à Chicago, tombaient sous le charme d'un Holmes séducteur, beau parleur, bien élevé...et disparaissaient sans laisser de traces. Etrangement, Holmes réussit à tromper son monde pendant quelques années, et ses victimes se comptent par dizaines. L'auteur, dès le titre, met l'accent sur l'idée terrible que des meurtres par dizaines ont accompagné ce qui devait être la période la plus glorieuse de Chicago : la fin de siècle n'a pas été aussi idyllique que prévue.

 

Jamais violent, jamais choquant, le livre de Larsson n'en reste pas moins un livre passionnant, difficilement qualifiable mais qui sera définitivement mon coup de coeur du printemps !

 

Je dois ce coup de coeur à la très attentionnée Solène Perronno des éditions du Cherche-Midi, qui a une nouvelle fois su tomber juste avec un livre par-fait !

Partager cet article

Repost 0
Published by Neph - dans L
commenter cet article

commentaires

Manu 02/06/2011 11:25


Il pourrait me plaire, même si j'ai peur qu'il soit trop descriptif. Très belle couverture.


Neph 10/06/2011 11:46



C'est vrai que niveau descriptions, on est servi. C'est le pilier du livre !



Petite Fleur 30/05/2011 22:52


Il est dans ma Pal, surrment pour les vacances d'été.


Neph 10/06/2011 11:50



D'accord ! Bonne lecture !



lili 30/05/2011 17:55


intéressant, je note pour un de ces jours...


Neph 10/06/2011 11:50



Je l'ai déjà prêté, mais si tu le veux ;)



LouI 29/05/2011 23:26


Je l'ai commencé, moi aussi je le dois à Solène qui a su trouver LE livre susceptible de me tenter :)


Neph 10/06/2011 11:50



On en a, de la chance !



maggie 29/05/2011 19:45


La mention de T. Capote me donne envie de lire cet auteur et ce titre dont je n'avais pas du tout entendu parler. Décidément les édition du cherche midi ne sortent que des livres qui me tentent
beaucoup en ce moment !


Neph 10/06/2011 11:51



Le livre est sorti en janvier de cette année ! Du coup, j'ai envie de me replonger dans du Capote, moi !