Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juillet 2009 3 22 /07 /juillet /2009 07:00
Après-midi DVD avec une nouveauté à peine sortie pour M. Neph et moi : ce sont les aventures d'un justicier en rouge et noir que nous avons suivies !


L'affiche est un peu brouillon, à l'image de l'intrigue, dont on débrouille les fils petit à petit...

"Bon, vas-y, dis-nous plutôt de quoi ça parle !"

The Spirit est un ancien flic, décédé de surcroit. A la morgue, son médecin légiste lui a injecté un produit qui l'a ramené à la vie et lui a en plus donné la faculté de résister aux balles et aux coups.

 
Il combat le mal dans la ville de Central City, mal incarné par Octopus et ses sbires qu'il clone par dizaines.


Mézenplus re-débarque un jour en ville la pulpeuse Sand Saref, ancienne petite copine du Spirit adolescent, qui a depuis exaucé son souhait de devenir riche en épousant de nombreux hommes riches et en braquant des bijouteries...


Et quand Sand prend contact avec Octopus, ça complique la donne : the Spirit se demande comment venir à bout du vilain Octopus tout en essayant de préserver la belle (et acessoirement de la remettre sur le bon chemin).

Vu comme ça, ça a l'air à peu près clair, mais je vous assure que j'ai fait un effort de clarté... Tout s'éclaire au fur et à mesure, mais le film entier m'a donné une impression de confusion. Je me suis souvent demandée ce que tel ou tel détail venait faire là ; les détails sont privilégiés par rapport à l'intrigue principale.
En effet, comme dans Sin City déjà, Frank Miller apporte un soin tout particulier aux effets visuels, ce qui nous donne un film esthétiquement splendide et lisse. Manque de bol : si j'apprécie le travail bien fait, ça ne m'impressionne pas plus que cela. Pourtant, c'est quand même un plaisir de retrouver une si belle brochette d'acteurs : Samuel Lee Jackson, Scarlett Johannsson, Eva Mendes, et un Spirit campé par Gabriel Macht, que je ne connaissais pas mais qui m'a charmée ! Ce qui ne rattrape pourtant pas le maigre scénario...

Quand on n'a pas le courage de se bouger jusqu'à la piscine parce qu'il fait trop chaud, un DVD à l'heure de la sieste, il n'y a rien de tel !

Partager cet article

Repost 0
Published by Neph - dans Films
commenter cet article

commentaires

Chaani 16/08/2009 11:43

C'est un film que j'ai regardé d'abord intriguée, puis consternée. Autant de moyens pour un scénario ridicule et des travers grotesques. Ce qui m'a irrité au plus au point: les pensées des personnages données à l'écran en vois off avec plan sur le personnage. Au deuxième degré, c'est fendard, à la longue, c'est lourd.
Dans Sin City, ce procédé était plus maîtrisé, là, c'est du grand n'importe quoi.

Neph 16/08/2009 14:18



Je suis ravie de constater que mon avis est partagé. Au moins, je sais que je ne me fendrai pas d'un prochain visionnage d'un Frank Miller ; j'ai ma dose...
Merci de passer par ici ;)



rubrique en vrac 27/07/2009 08:09

J'étais intriguée par le film, j'avais vu Sin City et j'avais beaucoup aimé...J'apprécie l'esthétique de Frank Miller Bon là , je me le réserve pour un après midi glandouille....

Neph 14/08/2009 17:19



Alors j'imagine que celui-là te plaira ! L'intrigue est moins compliquée que celle de Sin City. Le scénario s'en ressent d'ailleurs.



Theoma 23/07/2009 15:44

Très beau casting en effet mais étant donné que je suis sortie de Sin city nauséeuse, je passe sur le réalisateur... à vie !

Neph 23/07/2009 22:28



A vie, tu y vas fort ! Mais je suis d'accord, point trop n'en faut !



Lulu 23/07/2009 02:00

Je suis toute à fait d'accord: très beau visuellement, mais très creux. C'est bien dommage.

Neph 23/07/2009 22:27



Tu as entièrement raison ! Merci de ta visite, je vais de ce pas faire un tour chez toi !



hildebald 22/07/2009 14:10

nnaannn j'ai fait pareil!!
jai decouvert ce film en meme tps que toi...jai un peu halluciné, me suis demandée si javais le bon film! un délire déstabilisant qui ensuite devient agréable ^^

Neph 23/07/2009 22:25



C'est fou ça, les grands esprits se rencontrent !

Agréable oui, mais pas transcendant :