Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 13:07

C'est le 11 décembre 2012 que la carrière du docteur Gabriel Stanton bascule : un peu dubitatif, il écoute le Dr Michaela Thane lui décrire les symptômes d'un nouveau patient hospitalisé dans l'un des établissements de Los Angeles, et la liste inquiétante lui fait penser à une maladie à prions, véritable fléau pour l'homme.

En parallèle, la jeune Ch el Manu, éminente spécialiste de la civilisation maya, dont font partie ses ancêtres, se voit remettre dans des circonstances pas vraiment légales un codex vieux de près de mille ans, qui semble être d'une forme totalement inédite : il s'agit du témoignage d'un scribe, qui semble expliquer la raison de l'extinction de son peuple.

Bientôt, les routes de Stanton et Chel Manu se croisent : alors que la maladie se répand et cause des milliers de morts, et si l'apocalypse tant redoutée du 21 décembre 2012 pouvait être enrayée grâce à leur collaboration ?

 

12-21-dustin_thomason.jpg

 

Ce n'est pas un hasard si j'écris mon article à la veille du début de l'ouvrage... C'est bien parce qu'il ne nous reste qu'un jour avant le début de l'épidémie que je vous invite à prendre connaissance du remède !

 

Je suis une vraie cliente de romans ésotériques, parfois pour mon plus grand malheur. En ces lieux, je vous ai déjà parlé de plusieurs grands ratages, qui me font déplorer mon manque de jugement en la matière. Heureusement, avec 12.21, Dustin Thomason signe un roman à mon goût réussi, qui jongle avec plusieurs genres, entre policier scientifique et roman d'aventure.

 

Les deux personnages, Stanton et Chel Manu, se complètent fort bien : Stanton est plutôt du genre sauvage, peu bavard et rivé sur le boulot. Seul le personnage de son ex-femme, l'aventurière baba cool, permet de l'humaniser un peu. En revanche, Chel Manu se montre davantage guidée par ses émotions : leur collaboration gagne donc sur tous les tableaux.

 

Mais la question qui se pose reste toujours la même : est-ce qu'on y croit ? Oui. Si j'y ai cru, c'est que le roman repose sur une théorie bien plus complexe que la plupart des théories apocalyptiques à propos du 21/12/12. Ici, pas d'astéroïde mystérieux qui débarquera dans notre ciel pour faire exploser la terre, pas de catastrophes naturelles à répétition qui finiront par tous nous noyer dans des flots de boue et de lave, mais une épidémie directement reliée à la folie des hommes. On remarquera que les défauts des hommes, déjà décelables chez les rois mayas, se perpétuent jusqu'à nos jours, où l'appât du gain, pourtant lié au départ à un simple besoin de subsistance, outrepasse les questions élémentaires de prudence.

 

L'ensemble tient la route jusqu'aux dernières pages, tant les embûches se succèdent. L'épidémie se propage à une vitesse folle, et l'auteur dépeint les travers des survivants, qui prennent des risques inouis pour échapper aux mesures de protection établies par le gouvernement. On prend peur de s'y reconnaître...

 

En attendant, si vous me cherchez, je suis partie faire mon sac pour Bugarach. On se retrouve là-bas !

J'y retrouverai déjà Acr0, Dup et Hécléa, qui connaissent elles aussi le remède !

(Et merci aux éditions Calmann-Lévy qui me permettent de sauver ma peau !)

Partager cet article

Repost 0
Published by Neph - dans T
commenter cet article

commentaires

Eléa 07/01/2013 15:24

Moi aussi je suis assez preneuse pour ce type de roman ;-)

Anis 01/01/2013 20:36

Il faut que tu nous en dises plus ...

Tigger Lilly 16/12/2012 14:12

Me branche bien ce bouquin. Dommage, la fin du monde arrivera avant que j'ai eu l'occasion de le lire.

L'irrégulière 11/12/2012 13:28

J'étais étonnée que personne n'ait fait de roman sur le sujet : et bien si ! Et en bonne amatrice de thrillers ésotériques, je pense que ça pourrait me plaire !

Alex-Mot-à-Mots 10/12/2012 16:42

Mon dieu, mais tu me fais peur, là tout d'un coup...